François Guiffard au Conseil d'installation, adresse aux Douaisiens

Conseil municipal du 15 octobre

Vous trouverez ci-dessous le verbatim de mes interventions lors du Conseil municipal du 15 octobre à Douai. Vous trouverez l’ordre du jour de ce conseil municipal en cliquant ici.

Musée de la Chartreuse – Tarification dans le cadre d’un atelier d’animation pour adultes

Je suis évidemment ravi de constater que cet atelier puisse avoir lieu malgré les conditions que nous connaissons. Pour la première fois, celui-ci va s’adresser à un public adulte. Une belle première à n’en pas douter.

Je souhaiterais cependant profiter de cette délibération pour vous faire part Monsieur le Maire d’un échange que j’ai pu avoir cette semaine avec une citoyenne engagée dans le monde de la culture. Elle me faisait notamment remarquer qu’il était nécessaire sans doute d’avoir une  communication plus soutenue dans le fait que le Musée de la Chartreuse est gratuit tous les premiers dimanches de chaque mois ainsi qu’au sujet des moyens de transport disponibles pour s’y rendre. Je me fais donc ici l’écho de cette demande qui me semble honnête et pertinente.

Prise en charge des repas à hauteur de 50% et mise à disposition de l’immeuble 88 rue de Marchiennes

S’il est extrêmement précieux que la ville rende effective cette convention, cela ne doit pas nous faire oublier la situation qu’ont vécue les personnes sans-abris durant le confinement, et la situation qu’elles continuent de vivre aujourd’hui.

Rappelons d’abord la difficulté de faire appliquer des mesures de distanciation physique dans les centres d’hébergement.

En dehors de cela, non seulement le confinement a eu pour effet de renforcer l’isolement de ces personnes, mais en plus il leur était impossible d’accéder à des lieux publics, de repos, ou tout espace leur permettant de recharger leur téléphone lorsqu’il en dispose. Or on le sait, cela est indispensable pour contacter les services du 115. Nous devons nous efforcer de maintenir les activités des centres d’accueil de jour ou de nuit, car l’absence de bains-douches publics renforcent le manque d’hygiène et aggrave ainsi la vulnérabilité des sans-abris, déjà fragilisés au virus. Trêve hivernale ou pas, c’est un enjeu de santé publique !

Pour toutes ces raisons, je souhaiterais disposer des informations suivantes :

  • Quelles seront de façon générale, les dispositions mises en place dans le cadre de la crise sanitaire ?
  • Plus particulièrement comment s’organisera la délivrance des repas ? Sera-t-il possible pour des personnes extérieures de venir apporter des denrées comme cela se fait chaque année ?
  • Comment allons nous venir en aide aux personnes accueillies suspectes d’infection ? Sera-t-il possible de les tester sur place ?
  • Enfin peut-on connaître la capacité d’accueil totale au sein de la ville de Douai ? Quid notamment de la mise à disposition de l’ancienne école Bernard Delattre ?

Aide au permis de conduire

La participation de la ville au dispositif d’aide pour obtenir le permis de conduire est une bonne chose. Néanmoins j’aimerais être certain de connaître le fonctionnement de cette aide. J’ai ainsi été interpellé par une mère de famille, rue de Baillencourt, qui avec sa fille, se sont présentés pour en bénéficier et qui se sont vus opposés un refus. Alors je lis bien qu’il est fait mention de « d’outil d’insertion professionnelle aux personnes qui ne disposent pas de ressources personnelles ou familiales suffisantes » : pourrait-on être plus précis ?

Je vous communique ici un second exemple : une jeune fille de 18 ans, habitant le centre ville, issue d’une famille monoparentale dont le parent n’est pas imposable, a fait une demande en ligne le 3 juillet et n’a jamais obtenu de réponse…

Autre question également : pourquoi avoir choisi de conventionner une personne avec une association de Flines-lez-Raches ?

Enfin peut-on obtenir le nombre de personnes qui ont disposé de cette aide en 2019, et de fait l’enveloppe totale qui a été allouée ?

Projet d’Initiative Citoyenne (PIC) d’inclusion sociale – Subvention au PLIE

Une remarque d’abord, une question ensuite.

Je commence donc par la remarque. Je me réjouis de cette délibération au sujet du PLIE, et rappelle que l’agglomération en est co-fondatrice. Lors d’un précédent conseil, j’avais rappelé que les élus sont les « ambassadeurs »  de ce territoire. Voir une délibération entre la ville, la région et le PLIE est donc une heureuse nouvelle.

J’ajoute qu’il faut volontiers souligner et rappeler toute l’importance que revêt le PLIE dans l’accompagnement des publics vers l’emploi. Chaque année c’est plus d’une centaine de bénéficiaires, et durant la période de confinement que nous avons traversée, les conseillers en insertion professionnelle ont fourni un travail remarquable, je tenais à le mentionner.

La question à présent. Nous est joint à la délibération un règlement dans lequel est présenté le rôle et la composition du Comité de Gestion. Or je m’étonne qu’un conseiller de quartier (comment sera t-il choisi d’ailleurs) ou qu’un représentant du CCAS de la ville, quelles que soient leurs qualités respectives ait une voix dite « délibérative » alors que Monsieur Mazy, élu représentant de la ville n’aurait qu’une voix « informative ». Est-ce que c’était une volonté du PLIE justement ou de la région ? Je souhaiterais avoir un éclaircissement s’il vous plaît.

Les colonies apprenantes

La ville s’est lancée en effet dans des séjours dits de « colos apprenantes », c’est tout à son honneur. Et s’il va de soi que je voterai l’autorisation à signer les documents et répondre aux appels à projet de l’État, je souhaiterais obtenir les renseignements suivants :

  • D’abord il est question dans ce dispositif des jeunes scolarisés de 3 à 17 ans. Ici il s’agit d’un séjour concernant les classe du CE1 au CM2. Mais qu’en est-il pour les 12-17 ans, comment la ville touche concrètement ce public ? Aujourd’hui et cela a été reconnu lors de nos derniers échanges ici même concernant la délibération-cadre « Enfance, jeunesse ,éducation », nous avons un vide sur la tranche d’âge qui concerne les adolescents.
  • Enfin, j’aurais aimé que nous soit communiquer le programme des séjours (en particulier sur les activités pédagogiques) et qu’un bilan soit fait à un moment donné de l’année à leurs sujets. On demande aux familles une participation de 15 euros, et il me semble logique que nous ayons par conséquent un retour sur ces colos apprenantes, aussi bien sur les aspects positifs que négatifs.

Extension des horaires de garderie

La municipalité étend donc ses horaires de garderies (« enfin » j’ai envie de dire !) et il nous est par conséquent demandé d’adopter le barème de tarification ci-joint.

Je suis un peu surpris de constater que certaines écoles comme François Lemaire où il semblait exister une demande, ne soient pas prises en compte. De la même manière je note l’absence d’école concerné sur le quartier de Dorignies ou de Frais-Marais. J’anticipe déjà votre réponse : nous n’avons pas eu assez de demandes. Je demande donc s’il vous plaît une copie de ce recensement des besoins.

Je complète par ailleurs ma question afin de savoir qui sera chargé de l’encadrement ?

Suppressions de postes

Je dois avouer que l’on a peine à lire ce document de 5 pages tout de même, parce que le tableau est incomplet. Il nous manque les « motifs » de suppression de postes afin de pouvoir en juger : combien de départs en retraite, combien d’avancements de grade, combien de démissions ? Les postes sont-ils toujours remplacés ou non ?

De fait, peut-on obtenir l’organigramme pour l’année 2020 ?

Je m’étonne qu’il existe un tel décalage entre le moment où les postes ne sont plus occupés et le moment où ils sont supprimés. On a voté il y a peu sur la création du poste de collaborateur de cabinet, et on vote après coup la suppression de ce même poste datant de 2014, parce qu’on y a changé ses missions, ou du moins une partie.

Toutes ces suppressions et disons-le, certains non-remplacements ou l’emploi de contrats d’accroissement temporaire d’activités donnent le sentiment que nous sommes en situation de sous-effectifs. Je rappelle ainsi que lors de son dernier rapport sur le sujet, la Chambre régionale de la Cour des Comptes avait ainsi noté, je cite :

Je reconnais enfin derrière toutes ces classifications certains agents. Le poste du 8 juillet 2016, d’attaché principal pour les Jardins et Cadre de Vie, nous savons très bien ce qu’il en est et de qui il s’agit. À l’époque, il avait été dit qu’il s’agissait d’un poste « stratégique assurant la coordination et la conduite des projets et actions du service ainsi que la programmation et la gestion des équipements sportifs extérieurs ». Quatre ans plus tard, le voilà supprimé. Peut-être découvrira-t-on un jour sur ce tableau le poste de développeur de centre ville ? Qui sait ?

Liste des associations auxquelles la ville de Douai a adhéré

Vous nous avez transmis la liste des associations auxquelles la ville avait adhéré. Je vous en remercie. Je n’ai rien de particulier à objecter, l’essentiel de ces adhésions font sens en effet, sinon évoquer le cas de l’association « Seine et Nord Europe » : dont l’objectif est « de promouvoir et de soutenir auprès des pouvoirs publics et de l’opinion la réalisation dans les meilleurs délais, de la liaison fluviale à grand gabarit reliant le bassin parisien au canal Dunkerque-Valenciennes ».

Je n’ai pas encore aujourd’hui de position figée sur le sujet. Je vois bien l’intérêt de défendre le transport fluvial à l’heure du tout-camion.

Mais jusqu’ici, un ensemble de questions relatives au coût humain et environnemental sont ignorées. Combien d’expropriations seront nécessaires ? Combien de mètres cubes d’eau seront désormais nécessaires pour permettre aux bateaux de traverser des hautes écluses ? Combien de terres agricoles mises à mal pour ce projet  ? Combien d’émissions de gaz à effet de serre seront limitées alors que l’essentiel du nouveau trafic viendra non pas concurrencer la route mais le fret ferroviaire (qui devrait être la principale source de nos investissements) ? Combien d’emplois (durables) réellement créés alors que le précédent canal Albert n’en a créé aucun ? Qui va payer les plateformes multimodales prévues le long des canaux ? Quelle place pour la batellerie ? Des questions qui méritent d’être posées au vu de l’investissement de plusieurs milliards d’euros qui est prévu, et qui méritent surtout des réponses. Pourrait-on les obtenir à travers cette adhésion, même si le projet est piloté par la région et que la ville n’a pas de prérogative ?

Questions diverses

J’ai évoqué la question de l’arrêt du service de restauration de la cantine scolaire, des travaux de réhabilitation des logements de la Résidence Bourseul, la possibilité de se prononcer pour un moratoire de la technologie 5G ainsi que la dégradation des conditions de travail au sein du Centre Hospitalier de Douai-Dechy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.