Douai sera représentée à Douaisis Agglo

Le fonctionnement de Douaisis Agglo

Pour juger des positions des uns ou des autres à Douaisis Agglo (anciennement « CAD »), encore faut-il en comprendre le fonctionnement.

Depuis plus de vingt-ans, la droite (avec le groupe Alliance), les non-inscrits (le Menid) et la gauche (avec le PS et le PCF) dirigent main dans la main. L’idée d’un consensus fort autour du territoire avait été posée comme principe originel.

On peut voir certaines limites à ce mode de gouvernance, mais cela a un avantage indéniable : chacun des groupes politiques est assuré de participer à l’exécutif, d’être écouté (à défaut parfois d’être entendu) et de siéger dans les différentes instances et commissions relatives à l’agglomération. En clair chacun a un pouvoir proportionnel à son nombre d’élus.

Ce système, ils l’ont tous cautionné. Frédéric Chéreau lui-même le vantait face à Françoise Prouvost lors du dernier mandat. Car il est vrai que pour exister dans une intercommunalité, il vous faut un groupe. Sans groupe, vous n’avez aucun pouvoir : disons-le clairement.

Au sein du collectif Ensemble Faisons Douai, nous avons donc fait le choix d’assumer des responsabilités.

N’ayant aucun contact avec les autres partis de la gauche, et finalement en cohérence avec notre liste citoyenne, des échanges ont eu lieu avec le Menid, en la personne de Jean-Luc Hallé. C’est un homme que j’estime beaucoup, respecté de tous, notamment pour son travail sur la politique alimentaire à Douaisis Agglo.

L’organisation interne du Menid (basée sur la concertation, le dialogue, la formation des élus et l’ouverture à la discussion à un collège de non élu) m’a séduit. Je ne vais pas me lancer là dans une sous-explication de ce qu’est réellement le Menid. Ce groupe a l’avantage pour nous d’être sans étiquette. Certains aiment dire de “centre droit” (ou “centre gauche” selon les personnalités). Au fond c’est méconnaitre le fait que pour la plupart des élus qui le composent (essentiellement des maires de “petites communes”), la politique n’est pas une question d’idéologie mais de bon sens. Tout n’est peut-être pas parfait, mais il m’a en outre permis d’intégrer un collectif de travail et d’apprendre.

À ce moment de l’histoire, rien de nouveau sous le soleil

Mais c’était sans compter sur les querelles politiques ! Du fait de ses mauvais rapports avec le reste de l’exécutif au cours du dernier mandat, voilà que Frédéric Chéreau et le groupe PS viennent d’être mis en minorité… Et cette situation, il ne la doit qu’à lui-même !

Pour la première fois un groupe d’opposition va donc voir le jour au sein de Douaisis Agglo. On peut le regretter ou au contraire s’en réjouir. Toujours est-il que la rupture est consommée. Je ne l’ai pour ma part ni souhaité, ni demandé. Toujours est-il que la nouvelle majorité est ainsi et désormais composée d’Alliance (droite), du Menid (non-inscrits) et du PCF (donc une partie de la gauche).

Or, Frédéric Chéreau était Vice-Président lors du précédent mandat. Douai, ville-centre de l’arrondissement, venait subitement d’être mis en dehors de l’exécutif. Conscient de ce déséquilibre, Jean-Luc Hallé m’a proposé alors d’assumer cette fonction.

Très surpris, j’ai pris le temps de la réflexion avec mes équipes. Mes questions ont été nombreuses. Mais l’équation est alors simple : soit Douai n’est pas représentée au sein de l’exécutif de Douaisis Agglo, soit elle le reste par mon biais. C’est cet argument-là qui a fini par motiver ma décision d’accepter.

« Douai a eu sa part », disait Frédéric Chéreau. Elle l’aura donc toujours. Il est sans doute un peu facile et caricatural de considérer en effet, que notre ville a été « mise au placard ». Cette intercommunalité, c’est au fond un peu comme l’Union Européenne : on aime la critiquer, on voudrait bien sûr l’améliorer, mais on oublie trop souvent de dire que si de nombreux projets voient le jour, c’est aussi grâce à elle ! 

Pour le reste, je ne dois mon mandat, qu’aux électeurs et habitants !

Au service des Douaisiens à Douaisis Agglo

Certains crieront au scandale. En fait essentiellement, ceux qui m’attaquaient déjà avant. À ceux-là on rajoutera quelques jaloux de voir un « jeune de 27 ans » devenir le plus jeune membres de l’exécutif de l’agglomération. Je ne m’en fais pas, j’ai le cuir épais. Chacun devrait au contraire s’apercevoir que ces querelles n’intéressent que trop peu nos concitoyens, qui en plein mois de juillet, en ont d’ailleurs relativement marre de la politique, et l’ont exprimé le mois dernier en boudant les urnes.

Quant à ceux qui “à gauche” tenteraient de me faire la leçon, rappelons ceci : ils ont tous depuis près de vingt ans, cautionné et “profité” (osons le dire) de ce mode de gouvernance. Tous ont voté les grandes orientations politiques qui ont structuré les mandats précédents. Tous ont obtenu à un moment ou un autre des responsabilités. Leur a t-on un jour en fait le reproche ? Jamais. Frédéric Chéreau a avoué lui-même, hier soir, que s’il avait été élu, il aurait  également été le “Président du consensus”. J’ai par ailleurs écouté attentivement ses interventions. Il a formulé certaines propositions qui méritent d’être entendues, débattues ou approfondies.

Quoi qu’il en soit, je suis désormais élu. Pas désigné : élu, et ce dès le premier tour, par la majorité des conseillers communautaires. Je suis là pour travailler au service des habitants de ce territoire et en bonne intelligence avec l’ensemble des élus, quels que soient leur sensibilité, leur mandat ou leur commune. Le temps fera son œuvre. Une fois les rancœurs et frustrations digérées, la sérénité reprendra son cours dans cette assemblée.

Une feuille de route pour des résultats

La délégation du Tourisme concerne d’ailleurs principalement notre ville. Il est évident aujourd’hui que Douai, ville-centre de notre arrondissement, ne se limite plus à être un lieu de concentration de populations, d’activités économiques, et de pouvoirs. Elle joue aussi un rôle de plus en plus important en tant que lieu d’une activité touristique, culturelle et de loisirs.

Le Douaisis connaît une faible spécialisation touristique. Il connaît une offre d’hébergement touristique réduite. Le Douaisis connaît une faiblesse en terme d’emplois liés au tourisme. Voici les chantiers qui se présentent à nous et les seuls sujets qui intéressent nos concitoyens ! Ce qu’ils attendent, ce sont des résultats. Cela tombe bien, je ne suis pas venu pour la lumière, mais pour en obtenir !

Je remercie donc toutes celles et ceux qui m’ont accordé leur confiance et me soutiennent dans cette nouvelle aventure. Je vous donne rendez-vous très bientôt !