Le Topo du 27 septembre 2019

Avant toute chose, il est assez amusant de souligner que le public était nombreux vendredi soir. Une vingtaine de personnes a minima, là où à l’accoutumée, nous nous comptons davantage sur les doigts d’une main. Nous avons ainsi pu remarquer la présence de militants du RN et de leur candidat. Me voilà soulagé de savoir désormais que ce dernier ait pu découvrir la salle Gothique de l’hôtel de Ville… au moins il sait où elle se trouve !

Des hommages

Logiquement, le conseil municipal a d’abord rendu hommage au président Jacques Chirac. Il convient néanmoins d’ajouter à cet hommage national, celui rendu à deux hommes ayant marqué la vie de notre territoire et de ses habitants : Gérard Vitoux et Michel Masclet. Le premier, professeur agrégé de lettres, il fut aussi et surtout un des membres fondateurs du Centre d’action culturelle de Douai avec ses amis Bernadette et Roland Poquet. CAC devenu ensuite L’Hippodrome dont il était encore le président jusqu’en 2013. Le second, était un abbé. Devenu le doyen de Douai depuis 2015, il était en charge des paroisses Saint-Maurant-Saint-Amé de Douai et Saint-François-d’Assise en Douaisis.

On nous en dit plus sur l’église de Frais-Marais

Revenant sur la série de travaux engagés par la municipalité durant l’été, le Maire a tenu à s’expliquer sur le démantèlement du clocher de l’église Notre Dame du Sacré Coeur. Cette opération avait en effet suscité l’émotion d’une partie des habitants de ce quartier. Fermé au public depuis 2006 pour des raisons de sécurité, des premiers travaux avaient été engagés en 2008. Là, il avait été découvert du mérule et des problèmes d’infiltration. Depuis c’est la structure même de l’édifice qui semble atteinte et de grosse fissure sont apparues. La ville a placé le bâtiment sous surveillance et, malgré un diagnostic en 2015, les causes du mal n’ont jusqu’à présent pu être déterminées. Frédéric Chéreau avait laissé entendre que l’on pouvait aller jusqu’à la démolition du bâtiment. Le démantèlement cet été du clocher avait relancé la rumeur…

Or, ce vendredi soir, le Maire a voulu lancé une opération « déminage ». « Il n’y a pas d’agenda caché (…) Je veux rassurer tout le monde » a-t-il déclaré. Son souhait est donc le suivant : relancer une étude, stabiliser la structure puis réaménager l’intérieur. Les élections l’ont-ils conduit à cette conclusion ?

Un Tour Emploi qui laisse dubitatif…

Sans doute le point ayant fait l’objet de plus de débat. Dans le cadre de la politique de l’agglo (Tour Emploi), une association va donc amener un bus dans des quartiers de la ville afin d’être au contact direct des plus jeunes, souvent éloignés de l’emploi. Le titre de l’opération est accrocheur « Zéro laissé pour compte sur mon territoire », mais quels sont réellement les moyens mis en œuvre pour atteindre cet objectif ?

Comme l’a rappelé Brigitte Bonnaffé « Il existe déjà une action co-animée et co-construite par l’Éducation nationale, la Mission locale, les clubs de prévention et certains centres sociaux qui ont constitué une équipe de techniciens, éducateurs spécialisés, adultes-relais et qui est mobile ». Pourquoi donc multiplier les dispositifs ? Pourquoi une association se substitue-t-elle aux institutions ? La délibération ayant été votée malgré de fortes oppositions, nous demandons qu’un bilan soit fait de cette opération.

Une étude sur l’aire urbaine du quartier Caux

Enfin, la municipalité a décidé de lancer une nouvelle étude ! Bon, cette fois, on peut s’accorder sur la nécessité de la mesure : située en cœur de ville, la caserne Caux est un îlot de 35 hectares, à fort potentiel. Or l’armée ainsi que le département ont laissé de nombreux terrains et bâtiments vacants. Il s’agit de reprendre la main sur cet espace, et d’en faire un projet d’aménagement cohérent et structurant.

L’intérêt de cette friche militaire n’est pas nouveau, mais jusqu’ici aucun des appels à projet n’a pu aboutir. Comptant sur un délai de 8 mois, le prochain mandat sera donc décisif dans la réalisation de ce nouveau projet.

François GUIFFARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.