Le Topo du 17 mai 2019

Une subvention exceptionnelle pour nos champions de France !

Après une qualification obtenue en compétition académique, l’équipe mixte d’escrime du lycée Châtelet s’est rendue le 13 mai dernier en Guadeloupe afin de participer au championnat de France UNSS. L’aide de la ville a été sollicitée. Evidemment les élus ont accordé une enveloppe permettant à nos jeunes Douaisiens de défendre leur chance… et cela leur a très bien réussi puisqu’ils sont revenus avec le titre ! Bravo à eux.

Quelles rues seront refaites en 2019 ?

La municipalité s’est prononcée sur les couches de roulement lors de ce conseil. Afin d’assurer au mieux la passation du marché, le programme des travaux a été révélé. Il consiste au renforcement total ou partiel des chaussés suivantes :

  • Rue de Lambres
  • Rue de Recklinghausen
  • Rue Mongat
  • Rues Forbach et de Saverne
  • Rue de Charleville
  • Rue St Michel
  • Giratoire rue Marceline, rue St Sulpice et rue des Wetz ;

Le montant prévisionnel de ces travaux s’élève à 234 000 euros.

Un plan vitesse à quel prix ?

120 000 euros, cette fois ce n’est pas le prix investi chaque année par la mairie pour l’entretien des chaussées. Mais le coût du fameux «plan vitesse». Si la pose de ralentisseurs et autres aménagements sont les bienvenus, il reste que nous pouvons douter de l’efficacité du passage en « zone 30 ». Plus qu’une limitation de vitesse, qui pénalise les conducteurs, c’est le besoin de créer une alternative à la voiture qu’il nous faut envisager collectivement.

Le Parc Bertin… bientôt fermé !

Bien sûr, il restera ouvert au public. Mais l’annonce a été faite qu’à l’avenir le parc ne sera ouvert qu’à des horaires fixes. C’est le fruit d’une longue évolution entreprise par la municipalité : «Après la phase 1 de travaux, c’est au tour de la phase 2. Elle consiste en la pose d’une clôture de 700 mètres linéaires (hormis à l’arrière des jardins des maisons d’habitations de la rue du 4-Septembre donnant sur le parc), la rénovation des parvis d’entrées et l’installation d’un bloc sanitaire.»

Comme beaucoup de Douaisiens, nous avons hâte de découvrir le nouveau visage de ce parc historique, implanté là depuis le démantèlement des remparts à la fin du XIXe siècle (sur les plans du paysagiste roubaisien Victor Bérat, 6 hectares de terrains).

Photos : La Voix Du Nord et Ville30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.